Thrixopelma

Thrixopelma Ockerti (Schmidt 1994)

Famille: Theraphosidae             Habitat: Terrestre                 Toxicité: Venin peu actif

Localisation: Pérou

Description et commentaires: Cette araignée est de taille petite à moyenne (env. 13-15cm). C’est une remarquable et intéressante petite mygale du Pérou, remarquable en raison de ces belles couleurs et intéressante à cause de son caractère. Le céphalothorax est de couleur gris avec de beaux reflets bleus contraste avec le rouge-rose vif de l’abdomen. Les pattes sont de couleur grise (coloration dominante) avec des fémurs plus foncés presque noirs.

Cette espèce aime les zones très humides et chaudes. Elle vit à même le sol, dans des crevasses ou de vielles racines. En milieu naturel, il n’est pas rare de la voir vivre en petite communauté de 5 à 6 spécimens mais étrangement en captivité elle ne tolère pas de congénères et doit vivre seule. C’est une mygale relativement calme qui cherche à fuir dès qu’un danger se présente. Elle bombarde abondement son agresseur de poils urticants tout en fuyant mais elle ne cherche jamais la confrontation, comportement assez rare chez une araignée. Très répandu au Pérou, elle est par contre très rare en captivité ce qui rend difficile son observation.

Pour l’accouplement aussi c’est compliqué. Comme c’est une espèce très craintive, il faut vraiment éviter tout stress lorsqu’on présente la femelle au mâle. Ce dernier pourrait ignorer la femelle si il y a trop de bruit ou d’activités autour d’eux. Il faut ensuite introduire le mâle 2 à 3 semaines après que la femelle ait mué. Si toutes les conditions sont réunies, l’accouplement se passe bien et la femelle donnera naissance à 150 – 200 mygalons. Attention encore à maintenir une hygrométrie de 70° pendant cette période.

 

 

Thrixopelma Cyaneolum (Schmidt/ Friebolin 2005)

Famille: Theraphosidae            Habitat: Terrestre            Toxicité: Venin peu actif

Localisation: Pérou

Description et commentaires: Mygale de taille petite à moyenne (env. 14-16cm) elle est dans la même lignée que sa cousine. Elle est également appelée “croupion rouge cobalt”. Elle a d’abord été baptisée Thrixopelma cyaneum en 2005 et elle a été rebaptisée ” Thrixopelma cyaneolum ” la même année parce que certains taxonomistes allemands ont mis en doute la validité du nom. La palette de couleurs va du bleu profond au rouge vif. Malheureusement, ces couleurs diminuent après chaque mue. À l’exception du fémur uniforme bleu foncé, les autres segments de pattes présentent un contour clair similaire à celui d’Aphonopelma seemanni avec lequel l’araignée est parfois confondue à son plus jeune âge. Cependant, les deux genres sont relativement faciles à distinguer. Sur la partie supérieure de l’abdomen de Thrixopelma cyaneolum on peut voir un poil urticant très clair en “miroir” contrairement à celui d’Aphonopelma seemanni.

C’est une petite mygale qui aime les zones très humides et chaudes. Comme sa cousine, elle vit dans de vieilles racines ou des crevasses. Elle est aussi très placide. Elle préfère la fuite à la confrontation tout en bombardant son adversaire de poils urticants. Tout comme Thrixopelma Ockerti, c’est une araignée très rare en Europe que peu d’éleveurs possèdent. Il est donc difficile d’obtenir des infos sur cette espèce.

Il n’y a pas ou peu d’information fiable concernant l’accouplement et les naissances.