Brachypelma

Brachypelma Albopilosum

Brachypelma albopilosum est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae.

Origine: Costa Rica, Cano Rito et Upala, Guatemala.

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler

Description:

Brachypelma albopilosum est d’aspect robuste, arborant des couleurs discrètes avec un céphalothorax marron et des reflets dorés, des pattes noires avec de longs poils denses et clairs, légèrement frisés, ce qui lui a valu son nom populaire anglais de curly hair tarantula. L’abdomen est noir avec également des longs poils clairs légèrement ondulés.

Comportement:

A noter que cette mygale possède, comme beaucoup d’araignées originaires d’Amérique, des soies urticantes sur la face dorsale de son abdomen qu’elle est susceptible de projeter si elle est dérangée. La longévité, dans de bonnes conditions, permet d’espérer maintenir une femelle 15 à 20 ans voir plus, le record dépassant les 22 ans. Les mâles vieillissent très rapidement une fois adulte et n’ont que peu de temps pour se reproduire. En effet, il est assez rare de voir un mâle vivre plus d’un an après son dernier stade, soit une espérance de vie d’environ 5 ans au total. C’est une espèce qui creuse de très profonds terriers. Bon choix pour débuter, cette mygale est résistante à tous stades, ce qui permet aux plus néophytes de se faire la main sans encombre. Elle est, comme toutes les Brachypelma, protégée et en Annexe II de la convention de Washington.

Reproduction:

Cette espèce est très fréquemment reproduite en terrarium. La parade et l’accouplement entre le mâle et la femelle se passe généralement bien mais les femelles, qui sont parfois peu disposées à s’accoupler, n’hésitent pas à attaquer les mâles.

Brachypelma Sabulosum

Brachypelma sabulosum est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae.

Origine: Guatemala, Tikal, Peten.

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler

Description:

Brachypelma sabulosum se trouve dans la forêt tropicale de Peten, au Guatemala et au Mexique. La région écologique s’appelle les forêts humides de Peten-Velacruz. Cette espèce ressemble beaucoup à Brachypelma Vagans à cause de sa taille et de la couleur de son céphalothorax et de ces pattes. Seul son abdomen et ses poils rouges nous permettent de les différencier.

Comportement:

Avec 1000-2400 mm de pluie chaque année, il est clair que cette espèce a besoin de plus d’humidité que la plupart des autres espèces de Brachypelma. On sait peu de choses sur la distribution de Brachypelma sabulosum. Connue uniquement à partir du type d’emplacement, d’autres études sont nécessaires, non seulement pour la distribution, mais aussi pour la relation de Brachypelma sabulosum par rapport aux autres espèces de Brachypelma du groupe des vagains.

Reproduction:

Nous n’avons que très peu d’informations sur ses habitudes, son agressivité ou sa reproduction, mais diverses sources nous font penser que sa reproduction se rapproche de celle de Brachypelma Albopilosum.

Brachypelma Smithi

Brachypelma smithi est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae.

Origine: Mexique.

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, manipulable.

Cette espèce est endémique du Mexique. Elle se rencontre au pied de la Sierra Madre Del Sur, au Guerrero, au Michoacán et Colima, Mazatlan. Elle vit dans un environnement semi désertique où les cactus sont très présents.  

Description:

Pour les femelles, la taille atteint 6 à 7cm de corps pour 15 à 16cm d’envergure totale avec les pattes, parfois d’avantage pour les vieux spécimens. Les mâles ont un corps plus petit, d’environ 5 cm. Le mâle a un aspect identique à la femelle chez les sujets immatures. Les couleurs restent les mêmes une fois adulte mais sont plus éclatantes. Les mâles Brachypelma smithi sont cependant plus frêles et sont nettement moins massifs que les femelles. Quant aux femelles, ce sont de très belles mygales dont la présentation n’est plus à faire. L’aspect général est typique de l’ensemble des espèces du genre, à savoir des mygales terrestres à l’aspect robuste. La couleur de fond est noire. Le céphalothorax est noir avec un dégradé vers le beige sur l’arrière. L’abdomen est noir avec des poils clairs. Les pattes sont noires avec les articulations oranges, presque rouges après la mue, sur les patelles. Les poils sont ici également clairs.

Comportement:

Très réputée pour sa grande docilité, Brachypelma smithi est en effet une mygale calme dans l’ensemble et qui se montre beaucoup en terrarium. En dehors de la préparation des mues ou de pontes, elle tisse peu et se contentera dans la majorité des cas de se creuser une petite cuvette sous l’abri qui lui est proposé. Dérangée, elle préfère fuir, souvent en bombardant ses soies urticantes. Attention donc à ne pas être brusque lors de l’ouverture du terrarium afin de ne pas l’apeurer et déclencher ce système de défense, notamment avec les jeunes et les mâles qui sont plus nerveux. On voit aussi souvent cette espèce être manipulée à mains nues mais n’oublions pas que c’est une mygale et donc un animal sauvage et de surcroît venimeux. La manipulation est donc, sauf cas d’urgence, à bannir.

Probablement la mygale la plus connue en captivité et surtout la plus appréciée des néophytes, Brachypelma smithi vient à souffrir de cet engouement de la part d’un public souvent à la recherche d’exotisme à la maison. Ce qui fait d’elle la victime de braconniers n’hésitant pas à l’importer en masse de son pays d’origine, simplement attirés par l’appât du gain (et il en va de même pour d’autres espèces comme Grammostola rosea ou Theraphosa blondi). De ce fait, les araignées Brachypelma bénéficient d’une protection en annexe II de la convention de Washington.

Reproduction:

 Brachypelma smithi est très fréquemment reproduite en captivité. L’accouplement se passe sans problème si la femelle est bien nourrie et disposée mais bien souvent elle attaque le mâle avant même la parade de ce dernier. L’accouplement est souvent très rapide et une fois terminé, le mâle prend la fuite. 4 a 6 mois après, la femelle confectionne un cocon ou elle y déposera environ 500 œufs. Il est préférable de lui retirer le cocon après 1 mois et de mettre les œufs en incubateur. C’est une mygale qui a une croissance lente puisqu’il faudra entre 5 à 6 ans pour avoir une femelle adulte.

 

Brachypelma Vagans

 

 Brachypelma vagans est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae.

Origine: Mexique et d’Amérique Centrale.

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler.

 

Brachypelma vagans est présente au Belize, au Salvador, au Honduras, au Guatemala ainsi qu’en Colombie et même en Floride (USA).

 

Description:

Brachypelma vagans est une araignée terricole qui apprécie les forêts semi-persistantes et préfère les aires dégagées aux forêts primaires ou secondaires. Elle affectionne les sols argileux avec peu de végétations, de racines et de cailloux et on peut la trouver dans les jardins ou les terrains de football. C’est une araignée de grande taille pouvant atteindre une taille de 55 à 75mm pour le corps avec une taille avec les pattes pouvant atteindre 135 mm. Le dimorphisme sexuel chez Brachypelma vagans est très léger. Outre la distinction par les pièces génitales, il est possible de différentier les sexes au moyen de l’apophyse du tibia de la première patte que possède seulement le mâle. Les mâles sont en général légèrement plus grands et plus lourds avec un poids moyen de 12g contre 8g pour les femelles.

 

Comportement:

En ce qui concerne leur comportement, comme toutes les Brachypelma, Brachypelma vagans se montre beaucoup en terrarium, ce qui permet de l’observer à loisir. Elle tisse peu, si ce n’est que pour préparer une mue ou fabriquer un cocon et se contentera généralement de se faire une petite cuvette sous l’abri proposé. Réputée pour être une mygale calme, conseillée aux débutants, il convient cependant de se méfier de cette espèce plutôt imprévisible pouvant être agressive si besoin est. Des cas de morsures ont même été répertoriés. Elle est également susceptible d’utiliser ses soies urticantes mais n’en abuse pas autant que d’autres espèces du genre, typiquement Brachypelma boehmei !

A noter que Brachypelma vagans est une espèce commune élevée depuis plusieurs décennies en terrarium. Ce peut être un bon choix pour commencer mais d’autres Brachypelma peuvent tout de même être un meilleur choix, comme Brachypelma emilia ou Brachypelma albopilosum, qui sont, à mon avis, moins sujettes à l’agressivité.

 

Reproduction:

C’est une mygale régulièrement reproduite en captivité. La femelle est relativement calme avec le mâle mais, si ce dernier s’attarde, elle va vite devenir plus agressive et le tuer pour s’en nourrir. 3 à 5 mois après l’accouplement, la femelle va fabriquer un cocon de soie et y déposer entre 300 et 400 oeufs. Le temps d’incubation est d’environ 8 à 12 semaines.

 

 

Brachypelma Boehmei

 

 Brachypelma boehmei est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae. 

Origine: Mexique. 

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler.

 

 

Description:

Elle a un thorax de couleur claire et un abdomen très sombre. Ses pattes sont noires jusqu’au deuxième segment qui est rouge ou orange. Après la mue, les couleurs sont plus prononcées. Une femelle adulte peut avoir une envergure de plus de 15cm et pèse environ une quinzaine de grammes.

 

Comportement:

C’est une espèce terrestre qui aime les environnement semi désertiques avec de très nombreux cactus. Elle est étroitement liée à Brachypelma smithi et à la Brachypelma emilia. Elle a une croissance lente et, comme beaucoup de mygales, les femelles peuvent vivre pendant des décennies. Elle est très réticente à mordre si elle se sent menacée mais elle peut bombarder facilement ses poils urticants.

 

Reproduction:

C’est une mygale très difficile a reproduire en captivité. La femelle reste difficile a convaincre pour le mâle et si tout se passe bien lors de l’accouplement, la femelle dévore ses petits.

 

 

 

 

Brachypelma Emilia

 

 

Brachypelma emilia est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae. 

Origine: Mexique, de Sinaloa et Sonora. 

Venin pas actif, pas de danger pour l’homme, éviter de la manipuler.

 

 

Description:

La mygale du Mexique à pattes rouges est une belle araignée de la même coloration que la Brachypelma smithi. Son corps noir est rehaussé de bandes de poils corails sur le céphalothorax, les tibias et l’abdomen. Cette mygale massive mesure environ 13 à 14cm pattes comprises. Elle est aujourd’hui protégée. 

Dans son milieu naturel, la Brachypelma emilia évolue dans les zones semi-désertiques et montagneuses du Mexique méridional. Elle construit des terriers ouverts ou se réfugie dans les orifices naturels du sol. Comme de nombreuses mygales, elle possède un important système pileux. Ses poils sont urticants et constituent un moyen de défense.

 

Comportement:

Quand elle se sent en danger elle lâche un nuage de poils. C’est le plus souvent sans gravité mais il est quand même arrivé que ses poils provoquent d’importantes réactions allergiques au niveau de la peau en cas de contact ou au niveau des bronches en cas d’inhalation. Venimeuse, sans que son venin ne soit connu pour être actif sur l’homme, la douleur de sa morsure est réputée très douloureuse. Cette mygale peut vivre environ 10 ans. Carnivore, elle se nourrit d’insectes mais peut jeûner plusieurs mois.

 

Reproduction:

Sa reproduction en captivité est assez difficile. Cette espèce est très nerveuse et agressive avec le mâle mais, l’accouplement terminé, la femelle prépare un cocon qu’elle ne quittera jamais jusqu’à éclosion. La femelle va pondre 5 à 7 mois après l’accouplement de 400 à 800 œufs. Le temps d’incubation varie de 8 à 13 semaines. Il est conseillé de retirer le cocon de la femelle après un mois.

 

 

Brachypelma Auratum

 

 Brachypelma auratum est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae. 

Origine: Mexique. 

Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler.

 

Description:

Mygale de couleur brun sombre presque noire, le céphalothorax est noir bordé de beige. Les pattes sont noires avec des poils brun rouge. Les articulations des pattes sont beiges, les patelles sont rouge vif après la mue mais qui s’estompe peu à peu. Longtemps considérée comme une sous-espèce de Brachypelma smithi, elle a été décrite en 1992 comme une espèce à part entière. Le corps de la femelle peut atteindre 7cm, le mâle étant plus petit (4,5 à 5 cm) et avec des couleurs très vives. Il possède des crochets tibiaux.

 

Comportement:

Cette Brachypelma est plus nerveuse que d’autres espèces. Certains spécimens peuvent être qualifiés d’agressifs. Comme beaucoup de mygales américaines, elle a une fâcheuse tendance à ‘bombarder’ à la moindre alerte. Ses soies ne sont pas trop urticantes comparées à certaines autres espèces mais il faut se méfier en cas de projection sur le visage et les yeux ou sur les peaux tendres du cou, poignets etc… Par ailleurs, c’est une mygale très résistante et qui vit longtemps, probablement 20 ans ou plus.

 

Reproduction:

Comme pour beaucoup de Brachypelma, la reproduction n’est pas aisée à cause principalement de l’agressivité de la femelle à l’encontre du mâle. Une fois l’accouplement passé, tout ce passe généralement bien.

 

 

Brachypelma Klaasi

 

 Brachypelma klassi est une mygale terrestre de la famille des theraphosidae.

Origine: Mexique.

 Venin peu actif, pas de danger pour l’homme, ne pas manipuler.

 

Description:

C’est une mygale terrestre. Le céphalothorax est entièrement noir. Les hanches sont de couleur orange. Les pattes, les patelles, les tibias ainsi que les métatarses sont de couleur orange. Par comparaison avec Brachypelma boehmei, la couleur orange est moins marquée mais les poils sont plus longs. Les pédipalpes sont noirs tout comme les chélicères qui, elles, portent quelques poils oranges. Le corps de la femelle mesure de 50 à 75mm avec un poids de 20 à 50g pour une envergure totale d’environ 16cm. Comme chez toutes les Brachypelma le mâle est plus frêle que la femelle avec un poids de 10 à 45g. Les femelles sont matures entre sept et neuf ans et vivent jusqu’à trente ans.

 

Comportement:

C’est une mygale assez calme qui va chercher à fuir en cas de danger mais qui bombarde beaucoup si elle se sent agressée. Elle reste toutefois déconseillée aux novices à cause de sa rapidité et de son mauvais caractère.

 

Reproduction:

 

L’accouplement se passe généralement sans difficulté. Il est suivi de la ponte 4 à 6 mois plus tard, parfois 8 à 10 mois. Après une incubation de deux à trois mois, la femelle confectionne un cocon contenant de 400 à 800 œufs. Les jeunes ont une envergure totale de 8mm. La croissance des jeunes est du même ordre de vitesse que chez les autres Brachypelma.