Nos araignées

Ceratogyrus Marshalli

Cette superbe mygale terricole est endémique d´Afrique, plus précisément du Zimbabwe et du Mozambique. Sa robe dans les tons gris avec des dessins noirs en font un parfait camouflage dans son biotope naturel. Mygale gloutonne, rapide et très agressive avec un venin actif chez l´homme en font une araignée totalement déconseillée pour un néophyte.

Chilobrachys Fimbriatus

Cette araignée est commune en Inde, dans l’état de Goa. Elle vit dans des forêts tropicales où la température moyenne est de 27 degrés Celsius et une humidité de 70%. Cette araignée terrestre  aime vivre dans des cavernes et se cacher. Habituellement, ces araignées grandissent assez rapidement. En moyenne, elles peuvent atteindre 15 cm. Cette araignée peut être assez agressive.

 

Chilobrachys Huaini

Cette mygale nous vient du sud de la ville de Hua Hin en Thaïlande. Sa carapace est uniformément brune, la couleur pouvant varier du beige au brun rougeâtre. Elle aime les fortes températures (30 à 32°) avec une humidité entre 60 et 70%. Adulte, elle peut atteindre une taille d’environ 14 à 16cm. Très rapide et agressive, elle est déconseillée aux novices.

 

Cyriopagopus sp Hatihati

Cyriopagopus sp hati hati est originaire des régions occidentales de Sumatra. On les trouve également le long d’autres régions semi-tropicales de l’Indonésie. Comme ces araignées sont originaires des régions indonésiennes, elles préfèrent rester dans des climats naturellement tropicaux. Alors que la température idéale devrait se situer entre 25 et 28 degrés Celsius, l’humidité devrait se situer autour de 70% à 80%. Cyriopagopus sp hati hati est une spectaculaire tarentule du vieux monde avec des reflets violacés foncés. Cette tarentule se caractérise par des fémurs multicolores foncés et par une carapace frappante plus claire. Ces mygales sont généralement de nature agressive et bien que l’intensité de leur venin n’ait pas encore été évaluée, elle est considérée comme étant élevée à modérément venimeuse.

Ephebopus Murinus

C’est une araignée qui nous vient du Suriname, de Guyane Française et du Brésil. Mygale de taille moyenne au corps et aux pattes brun sombre. Le céphalothorax est uniformément beige avec des stries marquées partant en étoile de la fovéa. Les métatarses et tarses des pattes 1 et 2 et des pédipalpes sont recouverts de poils sombres et soyeux. Le corps de la femelle peut atteindre 6 cm au total. Le mâle est plus petit (4,5 cm) et terne. Relativement calme en milieu naturel où elle cherche surtout à s’abriter dans son terrier, elle est franchement agressive en captivité. En Guyane, sa morsure est redoutée. Son venin est réputé assez actif (morsure très douloureuse) même si la mygale n’est pas considérée comme dangereuse.

 

Haplocosmia Himalayana

Haplocosmia est un genre d’araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae. Les espèces de ce genre se rencontrent en Inde et au Népal. C’est une mygale terrestre relativement petite (env. 6 à 7 cm) de couleur brun sur le céphalothorax et plus clair sur l’abdomen. Elle est plus nerveuse qu’agressive. Elle est moyennement venimeuse.

 

Ichnotele Caudata

Ischnothele est un genre d’araignées mygalomorphes de la famille des Dipluridae. Les espèces de ce genre se rencontrent en Amérique du sud, des États-Unis à l’Argentine ; sauf une venant d’Inde à l’appartenance générique discutée. C’est une araignée de petite taille (env. 2-3cm) qui a une espérance de vie très courte (env. 1 à 2 ans).

 

Lampropelma Nigerrimum

Lampropelma nigerrimum est une mygale noire uniforme de taille moyenne. La différence avec les autres espèces de Lampropelma réside dans ses pattes courtes et robustes et ses franges fémorales très denses, ainsi que dans l’absence apparente de motifs de tigre sur l’abdomen chez les femelles adultes. Tout en créant l’apparence d’une grosse araignée floue noire. C’est une grande araignée avec une envergure d’environ 16cm et une longueur de carapace d’environ 2cm. Connue uniquement dans une localité de la petite île indonésienne de Sangihe, présumée éteinte mais redécouverte en novembre 2007 par Verdez et Bauduin.

Il est fréquent que la femelle tue le mâle après l’accouplement, ce qui est généralement le signe d’un accouplement réussi. La ponte survient général en automne. Le sac d’oeufs éclora après 2-3 mois et contient entre 100 et 150 araignées. En raison de son caractère agressif et de son venin actif sur l’homme, elle est déconseillée aux novices.


Lampropelma Violaceopes

C’est une grande mygale colorée et arboricole de la famille des theraphosidae. Avec ses couleurs pourpres royales vives, ses longs poils rouges et ses rayures tigres sur l’abdomen, il s’agit d’un bijou parmi toutes les espèces.  C’est une très grande araignée avec une envergure de pattes de 25cm et une longueur de carapace supérieure à 3cm. Elle est originaire de Singapour, les îles Riau en Indonésie et les États du sud de la Malaisie péninsulaire. C’est une araignée réputée très rapide et agressive, son venin est très actif sur l’homme.

 

Lasiodora Klugi

La Lasiodora klugi (également connu sous le nom d’ écarlate de Bahia ) est une mygale endémique du Brésil . Son nom commun fait référence à l’état de Bahia. L’espèce atteint une taille allant de 8 à 10 pouces et ressemble à Lasiodora parahybana .Cette espèce a cependant des poils rouges plus foncés sur l’abdomen et une corpulence plus épaisse que L. parahybana . Elle est aussi plus défensive et agressive que L. parahybana et plus tolérante aussi. Comme L. parahybana, elle a une croissance rapide. Pour se nourrir elle s’attaque à une variété d’insectes et de reptiles.

 

Latrodectus Mactans

Latrodectus mactans, la veuve noire d’Amérique du Nord, est une espèce d’araignées aranéomorphes de la famille des Theridiidae. Le nom veuve noire désigne également collectivement plusieurs autres espèces d’araignées du genre Latrodectus. Cette espèce est originaire d’Amérique du Nord. Elle se rencontre naturellement aux États-Unis et au Mexique entre le niveau de la mer et 3500 mètres d’altitude. Elle a été introduite à Hawaï et à Cuba et a été signalée en de nombreux points du globe mais elle est souvent confondue avec d’autres Latrodectus. On attribue son nom au fait que la femelle mange le mâle après l’accouplement. Mais cela n’est pas systématique chez cette espèce. Bien que non agressive elle est connue pour sa dangerosité à cause de la toxicité de son venin. L’alpha-latrotoxine contenue dans le venin de ces espèces, est quinze fois plus toxique que celui du serpent à sonnettes mais Les cas mortels sont très rares; les personnes les plus sensibles sont les enfants en bas âge, les personnes âgées ou ayant des problèmes cardiaques.

 

Latrodectus Tredecimguttatus

Latrodectus tredecimguttatus est une espèce d’araignées aranéomorphes de la famille des Theridiidae. Cette espèce est appelée Malmignatte, Veuve noire méditerranéenne ou Veuve noire d’Europe. Cette espèce se rencontre dans le bassin méditerranéen, au Moyen-Orient, en Asie centrale et jusqu’en Chine. En France elle se rencontre surtout dans le sud du pays et en Corse, mais remonte aussi le long du littoral atlantique jusqu’en Vendée et dans le Morbihan. Latrodectus tredecimguttatus est, comme la plupart des araignées du genre Latrodectus, de couleur noire, et s’identifie par les treize points qui ornent le dos de son abdomen et qui lui valent son nom scientifique. Ces points sont habituellement rouges, mais peuvent aussi être jaunes ou orange. Les femelles mesurent de 8 à 15 mm et les mâles de 4 à 7 mm. Elle est très venimeuse, comme toutes les espèces Latrodectus. L. tredecimguttatus possède une morsure douloureuse, qui est capable d’attaquer le système nerveux, étant probablement à l’origine du « tarentisme » (et non celle de Lycosa tarentula).

 

Phoneutria Fera

Phoneutria fera est une espèce d’araignées aranéomorphes de la famille des Ctenidae. Cette espèce se rencontre en Colombie, en Équateur, au Pérou, au Brésil au Suriname et au Guyana. Ces araignées de grande taille sont de couleur marron clair avec des petits motifs blancs sur l’abdomen ainsi qu’une bande noire de chaque côté de la tête, une autre tout le long du céphalothorax et sur les pédipalpes. Elle possède un venin neurotoxique puissant.

 

Phormictopus sp. Dominican purple

Phormictopus sp. Dominican Purple est un genre d’araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae. Les espèces de ce genre se rencontrent aux Antilles et en Amérique du Sud. Trois espèces de ce genre se trouve au Brésil et en Argentine. Le genre Phormictopus sont des araignées de grande envergure (env. 7-8cm de corps). Leur venin est réputé actif sur l’homme.

 

Poecilotheria Fasciata

Poecilotheria fasciata est une espèce d’araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae. Cette espèce est endémique du Sri Lanka. Poecilotheria fasciata mesure environ 16 cm d’envergure. Elle possède un corps gris agrémenté d’un dessin blanchâtre sur l’abdomen et de bandes noires sur le céphalothorax. Plus petite que sa cousine Poecilotheria regalis. Le corps de la femelle atteint les 6 cm au total, le mâle est parfois très petit (3,5 à 5 cm) et uniformément gris-brun avec juste une estampe des dessins de la femelle. Mygale plutôt nerveuse, parfois agressive mais qui cherche davantage à fuir lorsqu’elle est dérangée. Acculée, elle peut se retourner et mordre avec une rapidité étonnante. Par exception, c’est une mygale qui se déplace beaucoup, et qui chasse. A réserver à des éleveurs très expérimentés.

 

Poecilotheria Formosa

Grande mygale arboricole indienne, ressemblant beaucoup à Poecilotheria regalis, mais plus terne. Le céphalothorax est gris-beige marqué d’une ligne noire centrale qui joint l’abdomen au groupe oculaire. Un liseré central plus clair se sépare en fourche au niveau de la fovéa. Le corps de la femelle atteint 6,5 cm au total, le mâle est plus petit (5 cm). Mygale peu agressive qui cherche à fuir lorsqu’elle est dérangée. Acculée, elle peut se retourner et mordre avec une rapidité étonnante compte tenu de sa taille. A réserver à des éleveurs très expérimentés.

 

Poecilotheria Metallica

Poecilotheria metallica – communément appelée mygale ornementale de Gooty ou mygale ornementale saphire – est une espèce d’araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae. Elle fait partie de la liste des 100 espèces les plus menacées au monde établie par l’UICN en 2012. Cette espèce est endémique de l’Andhra Pradesh en Inde. Elle se rencontre entre Nandyal et Giddalur. Son habitat naturel se situe dans les arbres et les hauteurs. C’est une espèce de mygale arboricole très rare dans son habitat naturel en plus d’être très prisée par les collectionneurs de mygales. Bien qu’aucun cas de mortalité dû à une morsure de mygale n’ait été répertorié, les mygales du genre Poecilotheria sont connues pour être très venimeuses. Une morsure de cette mygale peut causer entre autres des douleurs musculaires, des nausées et de la fièvre. Il est recommandé de ne manipuler les spécimens de ce genre en aucun cas.

 

Poecilotheria Regalis

Poecilotheria Regalis est une grande mygale arboricole indienne, dont les contrastes de couleurs magnifiques sont signe de danger. Le céphalothorax est gris-beige marqué d’une ligne noire centrale qui joint l’abdomen au groupe oculaire. Le corps de la femelle dépasse les 7cm au total, le mâle est plus petit (5cm) et uniformément gris-brun. Sans aucun doute une des plus belles mygales, mais aussi l’une de celles dont le venin est considéré comme dangereux pour l’homme.

Poecilotheria Rufilata

Poecilotheria Rufilata est la plus grande mygale arboricole asiatique connue. Le céphalothorax est vert ‘kaki’ et marqué d’une tache noire qui cercle le groupe oculaire. Un liseré central plus clair se sépare en fourche au niveau de la fovéa. Le corps de la femelle peut dépasser 8 cm au total, le mâle est plus petit (5 à 6 cm), et plus sombre. Ces mygales se tiennent dans une position longiligne typique des Poecilotheriae et des Stromatopelmae. Mygale plus agressive que les autres Poecilotheriae, elle cherche d’abord à fuir lorsqu’elle est dérangée, mais est prompte à mordre. Poecilotheria rufilata est d’une rapidité étonnante compte tenu de sa taille. Le venin de cette mygale est considéré comme potentiellement dangereux pour l’homme.

 

Poecilotheria Striata

Très semblable à Poecilotheria regalis. La principale différence réside dans l’absence de bande blanche sur le dessous de l’abdomen, ce qui peut être évocateur chez les animaux juvéniles, comme chez le jeune P. regalis en phase de coloration. Chez les mâles de P. regalis, cela est aussi net que chez les femelles. Toutes les autres différences de dessin du bas des pattes sont très minimes. Mygale agressive, elle cherche d’abord à fuir lorsqu’elle est dérangée, mais est prompte à mordre. Poecilotheria Striata est d’une rapidité étonnante compte tenu de sa taille. Le venin de cette mygale est considéré comme dangereux pour l’homme.

Psalmopoeus Irminia

Mygale arboricole du Vénézuela, de taille moyenne. Le corps est uniformément noir de jais, orné d’orange vif. Le céphalothorax est noir brillant avec des reflets verts. Le corps de la femelle peut atteindre 6,5 cm au total, le mâle est plus petit (4 à 5 cm), et de couleur grise. Mygale agressive qui se met en position de défense et stridule, puis mord sans hésiter. Bonne tisseuse, cette mygale fait son abri sous une écorce ou une branche. Très rapide, elle fait partie des mygales que l’on peut voir sauter. Son agressivité et sa rapidité en font un mauvais choix pour le novice.

Psalmopoeus Pulcher

Mygale arboricole de Panama, de taille moyenne. Les parties chitineuses du corps (céphalothorax, pattes) sont beige verdâtre, mais ce n’est pas cette couleur qui donne l’effet dominant après la mue. Les poils des pattes sont beige rosé qui vire au brun peu à peu. Le corps de la femelle peut atteindre les 6 cm au total, le mâle est plus petit (4 à 5 cm), et de couleur uniformément gris verdâtre. Mygale assez agressive qui peut se mettre facilement en position de défense, puis mord sans hésiter.
Le venin de ces mygales est réputé non dangereux pour l’homme.

 

Tapinauchenius Rasti

Tapinauchenius rasti est une espèce d’araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae. Cette espèce est endémique de l’île Union à Saint-Vincent-et-les-Grenadines. La carapace du mâle holotype mesure 16,4 mm de long sur 14,4 mm et la carapace de la femelle paratype 16,5 mm de long sur 13,6 mm. Le venin de ces mygales est réputé non dangereux pour l’homme.

 

Xenesthis Immanis

Magnifique mygale de grande taille, Xenesthis immanis présente un aspect élancé et ayant pour couleur de fond un noir velouté du plus bel effet. Les tibias arborent de légers reflets roses qui s’atténuent longtemps après une mue. L’abdomen expose de long poils orangés. Le céphalothorax affiche un magnifique motif “en étoile” de couleur rose typique du genre mais également des mâles adultes. Côté comportement, nous avons affaire à une araignée particulièrement craintive, détestant être dérangée et qui pour le faire savoir n’hésite pas à projeter ces soies urticantes en levant l’abdomen et en bombardant tout ce qui pourrait être un éventuel agresseur (ces soies urticantes sont par ailleurs assez dissuasives…); cela dit il n’y a pas d’agressivité réelle dans ce comportement, nous avons surtout affaire ici à une bête impressionnante certes, mais surtout très peureuse. Hormis cela, c’est une araignée calme qui sort de temps à autres. Elle tisse très peu hors périodes de pontes ou de mues.
C’est sans consteste l’une des plus belles mygale. Ont ne connais pas vraiment la nature de son venin mais la prudence semble de mise.

 

Ybyrapora Diversipes

Ybyrapora diversipes est une espèce d’araignée de la famille des (Theraphosidae). Il a été décrit en 1842 par Carl Ludwig Koch sous le nom de Mygale diversipes . Depuis 2007, cette espèce d’araignée est également présente dans la terraristique. Auparavant, les importateurs et les propriétaires l’avaient confondu avec l’ Avicularia fasciculata de Nomen dubium actuellement en vigueur. L’espèce est présente sur la côte est du Brésil autour de la ville d’ Ilhéus, dans d’anciennes plantations de cacao . On les trouve dans les habitations qu’ils placent à des endroits appropriés de la végétation, par exemple en faisant tourner deux feuilles sur des arbres pour former un nid. Les jeunes sont colorés différemment des animaux adultes. Les araignées ont une couleur verte métallique et ont un dessin frappant sur l’abdomen. Au milieu de la carapace se dirige vers les filières des rayures rougeâtres. Une bande vert foncé est encadrée sur les côtés de cette bande à gauche et à droite. Les femelles et les mâles adultes sont bruns et présentent un éclat bleu sur les pattes et des rayures oranges sur le tarsen et les métatarses. Sur la croupe, une bande sombre reste chez l’adulte.